Where To Buy Real DbolIn particular, Texas Loans Online can cater to the needs of its residents. Therefore, we can say that the active substances in its composition are more perfectly mixed. Vardenafil is not only present in the original Buy Levitra, but also as part of its analogs.

 


Ministre de la Culture sans ministère 27 novembre 2017

Ministre de la Culture sans ministère


On s’étonnerait presque de ne pas retrouver le nom de Jack Ralite dans la liste des anciens ministres de la culture tant son aura le désignait pour la fonction. À tout le moins fut-il le porte-parole des poètes. À chaque rencontre à laquelle il participait, il ne manquait jamais d’émailler son discours par les mots des poètes en puisant dans la liasse toujours plus volumineuse de dossiers et de papiers dont il ne se défaisait jamais, l’image, l’expression qui pouvaient renforcer le sens de son propos. C’est que les poètes, René Char en tête, lui avaient appris que « la lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil », une leçon de vie pour ce communiste qui lutta pour sortir les arts et la culture de l’ornière du stalinisme et de leur inféodation à la politique. Politique, il l’était cependant dans tous ses combats par son souci de la liberté et du bien de la cité. Ministre il le fut cependant entre 1982 et 1984, de la Santé d’abord, puis de l’Emploi, une autre manière de s’occuper du bien-être individuel et collectif. L’inventeur des États généraux de la culture fut bien entendu le plus généreux des hommes à toujours défendre artistes et saltimbanques auxquels il portait une amitié quasi existentielle, à toujours chercher à donner la meilleure part de lui-même. Combien de combats a-t-il mené au Parlement, dans des instances internationales, dans des rencontres nationales ou locales pour promouvoir une « certaine idée » de la culture, quand elle est associée à l’idée d’émancipation ? Il fallait le voir, jusque tard dans sa vie, la mine fatiguée et d’une pâleur inquiétante, tout à coup s’illuminer, puisant en lui une énergie insoupçonnée, retrouver ses accents tonitruants et la puissance de son verbe pour rappeler ce que nous sommes, des êtres humains doués d’une sensibilité qu’il nous faut cultiver pour ne pas nous oublier et ainsi nous élever vers un peu plus de lumière.

Jean-Pierre Saez

Lire l'hommage d'Emmanuel Wallon à Jack Ralite