# 2 Les arts et la culture à l'heure du confinement 26 mars 2020

# 2 Les arts et la culture à l'heure du confinement


L’OPC fait le point sur l’actualité du secteur culturel en lien avec la crise sanitaire actuelle : dispositifs solidaires, observatoire de la crise, kit de survie culturelle. N’hésitez pas à nous relayer vos informations à cette adresse. Vous pouvez vous abonner à cette lettre. Prenez soin de vous !


Dispositifs solidaires

Les pertes économiques commencent à se chiffrer pour le monde de la culture. Prodiss, Syndicat national du spectacle musical et de variété, évalue la perte de chiffre d'affaires à 590 millions d’euros pour le secteur du spectacle vivant privé et estime qu'environ 37 900 personnes sont concernées par un arrêt d’activité.

L’Etat et le ministère de la Culture ont mis en place une première série d’actions spécifiques : mesures exceptionnelles permettant aux intermittents de garder leurs droits jusqu’à la fin du confinement, fonds de soutien d'urgence de 23,5 millions d'euros (musique, spectacle, arts plastiques, livre), dispositifs de soutien à destination des tiers-lieux, cellule d’information et d’écoute pour les professionnels...

Régions de France annonce que les Régions travaillent en lien avec les DRAC et les agences culturelles pour le diagnostic et l’évaluation des besoins. Ces collectivités s’engagent à maintenir les subventions même si les manifestations n’ont pas lieu. Certaines Régions ont déjà voté un fonds d’urgence complémentaire au Plan d’Etat.

Concernant les sociétés de perception et de répartition des droits d'auteur (SPRD), la Sacem, l’Adami et la Spedidam ont annoncé maintenir les aides financières malgré des perceptions de droits d’auteur en baisse.


Observatoire de la crise

Roxana Azimi pour le Quotidien de l'art esquisse avec mélancolie les contours du monde d'après. Pour nous évader, Jean-Pierre Saez délivre une Attestation de déplacement dérogatoire des imaginaires. « Cette crise nous montre que la mondialisation est une interdépendance sans solidarité » analyse Edgar Morin dans Libération. Dans l’Obs, le sociologue enchaîne avec un propos optimiste et l’idée que le confinement pourrait nous aider à entamer une détoxification de notre mode de vie. Boris Cyrulnik tient des propos analogues sur France Inter : après le trauma, nous constaterons que l’on aura ressorti de vieilles valeurs qui nous serviront à une nouvelle manière de vivre ensemble. Ainsi, pourquoi rester à la maison est-il si mal perçu ? Les Inrocks nous invitent à relire Chez soi de Mona Cholet. Un ouvrage qui voudrait dire la sagesse des casaniers, injustement dénigrés. À méditer…

Pendant qu’Amazon tourne toujours (et plutôt bien), malgré la pression de ses salariés et du gouvernement, une polémique a enflé sur Internet quant à une réouverture éventuelle des librairies. Même si les livres étaient assimilés à des produits de première nécessité, quelle cohérence sanitaire à rouvrir les librairies dans un contexte de confinement de plus en plus strict ?


Kit de survie culturelle

Une foule d’initiatives a fleuri sur Internet pour rendre ce confinement plus doux. En voici quelques-unes : à vos crayons pour imaginer votre #coronamaison idéale, une idée lancée par Pénélope Bagieu ; Citons également des contenus en accès libre : ainsi les éditions de l’Attribut offrent l’accès à la version numérique d'une partie de leur fond, l'OPC fait de même avec la mise en ligne des numéros de la revue l'Observatoire, l’Oizeau rare propose le film Les Héritiers de l’avenir sur le Festival du Nouveau Théâtre Populaire.

La fête aux balcons s‘est organisée ce week-end avec de la musique aux fenêtres pour rendre hommage aux soignants. Pendant le confinement pourquoi ne pas pratiquer Silence on lit ! en famille ? Le coronavirus inspire aussi les musiciens : en Suisse, l'équipe d'une émission de la RTS parodie Brassens et chante Sans public ; en Italie des artistes proposent une vidéo réjouissante sur les mesures à prendre pour ne pas transmettre le virus.