#3 Les arts et la culture à l'heure du confinement 01 avril 2020

#3 Les arts et la culture à l'heure du confinement


Comment les arts et la culture sont-ils traversés par la crise sanitaire ? Quelle résonance rencontrent-ils dans la société ? Quelle lecture (culturelle) peut-on faire des pratiques numériques et des comportements sociaux à l’heure du confinement ? Le point hebdomadaire de l’OPC en trois volets : dispositifs solidaires, observatoire de la crise, kit de survie culturelle.
Vous pouvez vous abonner à cette lettre. N’hésitez pas à nous relayer vos informations à cette adresse.
Prenez soin de vous !


Observatoire de la crise


Paul Ardenne commente pour l’Observatoire la puissance de récit du Coronavirus. « Un récit total, (…) qui embrasse toute la vie et ses formes ». Dans le Monde diplomatique, Thibaud Croisy dépeint avec acidité le dévoiement de la culture dans l’animation qui passe « en vingt-quatre heures, de la célébration du spectacle vivant à la promotion de contenus dématérialisés. » Michel Guerrin, dans un éditorial du Monde, note que l’industrie numérique est renforcée par cette crise. Les entreprises de commerce en ligne gagnent pour la plupart de l’argent, tandis que les musées ou salles de spectacle gagnent seulement de la visibilité.
Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Étienne, appelle les employeurs, bénéficiant d’un soutien public conséquent, à montrer l’exemple et maintenir la rémunération pour leurs salariés.
Dans beaucoup de pays du monde, tout concourt à pousser les femmes vers l’intérieur analyse la romancière Leïla Slimani. La liberté de mouvement a été et continue d’être un combat pour des millions de femmes.
Antoine Le Blanc, géographe, commente pour The Conversation la mise en place de mesures barrières dans une situation de crise. Pour mettre à distance la menace, nous nous cloitrons. Mais « le choix de la mesure barrière est discutable, dans son principe et dans les modalités de sa mise en œuvre ».
François Dubet s’alarme dans Le Monde de l’accroissement des petites inégalités. Si a priori, la pandémie et le confinement nous rendent tous égaux, « Pourquoi, quand je fais mes courses, certains ont des masques et d’autres n’en ont pas ? Pourquoi certains sont confinés avec un jardin alors que d’autres sont prisonniers dans un petit appartement ? Pourquoi suis-je obligé de travailler quand d’autres en sont dispensés ? »
L’un des centres névralgiques de l’aide alimentaire d’urgence s’est implanté au sein du tiers-lieux les Grands Voisins : redistribution d’invendus alimentaires, cuisiniers, conditionnement, distribution, des partenariats montés en mode agile en quelques jours. Un nouveau modèle de chaîne alimentaire qui perdurera peut-être après la crise ?


Dispositifs solidaires


Lors de l’annonce des premières mesures par le ministère de la Culture, Franck Riester avait appelé à la solidarité en demandant aux structures d’honorer, dans la mesure du possible, les contrats des artistes et compagnies ne pouvant se produire. Cependant, de nombreuses structures et notamment les plus fragiles sont dans l'incapacité d'honorer le paiement de ces contrats. « Le Coronavirus ne doit pas semer aussi la discorde culturelle entre les artistes et les salles de spectacle ».
L’UFISC a publié un communiqué le 27 mars appelant à la solidarité (des collectivités et structures subventionnées vis-à-vis des structures de production et création, des structures de création et de production vis-à-vis des équipes), à l’accélération et la simplification des procédures financières administratives et à une clarification et harmonisation des décisions prises par le ministère du Travail et par Pôle Emploi.
Des réponses ont été apportées par le ministère de la Culture dans une FAQ (recours à l’activité partielle, impact sur les droits à indemnisation).
Audiens a mis en place un formulaire d’aide pour les intermittents confrontés à des annulations de cachet ou de jours de travail.
Concernant les artistes-auteurs, le ministère de la Culture a détaillé le 27 mars les mesures prises. Si la SACD se réjouit des mesures annoncées, elle tire la sonnette d'alarme pour les auteurs du spectacle vivant, « les grands oubliés des plans du gouvernement ».



Kit de survie culturelle


Les collectivités ont rapidement mobilisé une offre culturelle à explorer chez soi : Dole a conçu un site de ravitaillement culturel, Grenoble a imaginé le Festival Fête comme chez vous, la médiathèque de Givors a créé Antidote, un remède pour s'évader. La FNCC répertorie sur une plateforme les initiatives et ressources culturelles des collectivités. Des manifestations sont converties en rendez-vous en ligne comme Les rdv de l’image sur les images de la diversité. Les musées valorisent leurs importantes ressources en ligne, souvent méconnues du grand public. Côté musique, La ROF propose #operachezmoi, une playlist actualisée chaque semaine. Le magazine Tsugi a programmé un festival en ligne avec des sets d’artistes confinés chez eux. Pour les amateurs de danse, Anne Teresa de Keersmaeker lance aux internautes le défi de danser la célèbre « scène des chaises » ; Akram Khan et Numeridanse proposent le projet participatif Animal Kingdom. Le théâtre de La Colline a imaginé le dispositif Au creux de l’oreille : des artistes appellent les spectateurs pour leur faire la lecture de poésie, de théâtre, de littérature… Le cinéma aussi reste ouvert avec la première salle virtuelle inaugurée par la Vingt-Cinquième Heure pour le film Les Grands Voisins de Bastien Simon. Prenez votre ticket !