Testosterone Enanthate 350The system of instant Virginia Loans Online allows any adult U.S. citizen. If you have already decided to take Levitra, be sure to consult a doctor, you don't have any contraindications and act strictly due to a prescription.

Cycles de conférences
Culture, société et développement durable


DU 04 octobre 2005 AU 05 octobre 2005

Rencontres autour d'Edgar Morin, acteur et penseur du monde contemporain

Lieu : Grenoble

La Méthode, un cycle de pensée
Grand théoricien de la pensée complexe, pratique transdisciplinaire des savoirs, Edgar Morin déploie cette aventure intellectuelle depuis 1977 dans les six volumes de La Méthode, conçus comme de véritables instruments pour relier entre elles des connaissances éparses et distinctes. Parce que « la complexité est invisible dans des disciplines qui fragmentent l'objet ou qui l'isolent », Edgar Morin défend une pensée systémique qui relie au lieu de disjoindre, qui privilégie les interactions et les façons de traiter de sujets appelant de multiples regards. Après avoir abordé la nature de la nature, la vie de la vie, la connaissance de la connaissance, la vie des idées, l'humanité de l'humanité, Edgar Morin a publié le sixième et dernier volume de son grand œuvre, qu'il consacre à la place de l'éthique dans le monde d'aujourd'hui.

Le star-system, mythe ou industrie de l'imaginaire

Aucun domaine de l'art n'échappe aujourd'hui au star-system: le cinéma et le livre, le spectacle vivant ou les arts plastiques sont plus que jamais concernés par une starisation généralisée que le système médiatique suscite et entretient. La star était un mythe, elle se fabrique, se standardise et se consomme désormais de façon compulsive. Quel espace reste-t-il alors pour la création véritable et l'innovation ? Comment comprendre ce phénomène lié à l'explosion des émissions de télé-réalité? En quoi interroge-t-il les politiques culturelles ? Ces questions ont été au cœur de la rencontre entre Edgar Morin, l'un des penseurs les plus importants de notre époque, et Françoise Benhamou, talentueuse économiste de la culture. Leur regard respectif sur ce phénomène, à une cinquantaine d'années d'écart, nous a aidé à prendre la mesure de sa vertigineuse évolution. Dès 1957, Edgar Morin publiait Les Stars, ouvrage de référence questionnant le système américain de « mass culture », où toutes les facettes des sciences humaines étaient mobilisées pour faire apparaître les stars comme mythe et comme marchandise, mais aussi pour expliquer le culte qu'elles suscitent. Il approfondit son analyse de l'industrialisation de l'imaginaire quelques années plus tard avec L'esprit du temps, et ne cessera d'interroger le phénomène tout au long de son œuvre. L'Économie du star-system de Françoise Benhamou, publié en 2002, se penche à nouveau sur la notion de star-system qui a, entre temps, pénétré l'ensemble de l'économie de la culture. Elle revisite ici la construction d'un mythe moderne dont elle décortique les rouages de fabrication, de mondialisation et de standardisation.

L'esprit de résistance
La notion de résistance tient une place centrale dans la vie et la pensée d'Edgar Morin. Elle s'illustre à la fois dans son engagement contre le nazisme au péril de sa vie, dans ses combats anti-totalitaires et anti-coloniaux, mais aussi dans sa volonté de résister aux idées convenues, aux institutions, dans son choix de traiter de sujets non-conformistes ou inhabituels, qui ont fait de lui un penseur inclassable, longtemps (encore ?) marginal dans la communauté des sociologues. Résister n'est donc pas seulement un acte politique mais une philosophie qui s'interdit de regarder le monde sans convoquer d'autres regards, qui autorise les transgressions disciplinaires, qui ne renonce pas à la capacité de comprendre la complexité, qui résiste à l'esprit disciplinaire. La projection du film L'esprit d'insoumission (de Mascolo, Turine, Saez) a tenu lieu de préambule pour ouvrir le débat sur l'esprit de résistance et les questions qu'il peut susciter (à quoi faut-il résister aujourd'hui ?). Il rend compte de l'aventure des amis de la rue Saint-Benoît où, dans l'appartement de Marguerite Duras, se réunirent sous l'Occupation, dans un même engagement clandestin, Robert Antelme, Dionys Mascolo, Jacques Francis-Rolland... amitiés fondatrices d'Edgar Morin et cœur du « groupe de la rue Saint-Benoît » vite rejoints à la Libération par une multitude d'artistes, d'écrivains, d'intellectuels, de Claude Roy à Elio Vittorini, de Raymond Queneau à Maurice Blanchot et tant d'autres. C'est ici que Robert Antelme, l'auteur de L'espèce humaine, revient en 1945 après avoir été déporté à Dachau. C'est ici que Mitterrand se réfugie pendant la guerre en rentrant de Londres. C'est également ici que se déroulent des rencontres pour lutter contre la guerre d'Algérie, pour soutenir l'insurrection hongroise contre le régime soviétique.

Réformer la pensée, réformer l'éducation
Les modèles d'éducation mis en œuvre, de l'école primaire aux universités, résultent d'un système de pensée qui tend à segmenter la réalité de telle sorte que nous devenons de moins en moins capables de faire le lien entre les différents univers de connaissance auxquels nous sommes formés. Il y a dans cette logique de l'organisation disciplinaire de l'enseignement un piège pour la pensée, mais aussi un danger pour la société. L'hyper spécialisation de la connaissance qui consiste à isoler exagérément les parties du tout peut avoir des conséquences humaines et sociales fort néfastes. Elle contribue notamment à déposséder les citoyens du droit de participer à des décisions politiques essentielles et transfère ce pouvoir aux experts. Autrement dit, l'effritement des savoirs n'est pas sans graves conséquences pour le lien social lui-même. Et si cette atomisation était une autre version de l'individualisme qui ronge nos sociétés ? La réforme de la pensée à laquelle Edgar Morin appelle de ses vœux fournit des concepts pour tenter de rétablir le lien entre les différents types.

Partenaires : bibliothèques de Grenoble, Musée de Grenoble, MC2, Grenoble Universités